Aucune nouvelle du quai d'Orsay, deux semaines après notre voyage express à Bogota. Bien sûr, il y a eu la victoire du Hamas, le nucléaire iranien, l'affaire des caricatures, ... Autant d'évènements qui ont sans doute largement accaparé Douste-Blazy. Pas de place dans son agenda de ministre pour s'entretenir au téléphone avec son homologue brésilien au sujet de cette CRI en attente. J'ai donc relançé par mail, vendredi dernier, un de ses conseillers. Il m'a immédiatement répondu qu'il faisait "le nécessaire dès lundi afin que notre poste relance les autorités brésiliennes". Autrement dit, il n'est plus question de coup de téléphone de ministre à ministre, mais d'une intervention de notre ambassade à Brasilia auprès des autorités brésiliennes. Ce n'est pas ce qui avait été promis. Il y a longtemps que notre ambassade aurait dû intervenir pour obtenir le débloquage de cette CRI. Mais, mieux vaut tard que jamais. Nous espérons aujourd'hui que notre représentation à Brasilia obtiendra, rapidement, un résultat positif . Sinon, nous reviendrons, rapidement, vers le ministre en personne.