En ce début décembre, cela fait quatre ans que nous sommes sans nouvelles de Marc. Quand je relis ce que j'écrivais pour les trois ans de sa disparition, je me dis que je pourrais faire ici un copié-collé, qu'il n'y a pas un mot à changer. Il y a juste un an de plus. Un an de plus où rien n'a bougé. Juste un peu plus de poussière sur un dossier refermé sur l'intime conviction d'un juge.  Refermé mais pas clos. Prêt à s'ouvrir à nouveau si un nouvel élément  le nécessitait. Mais comme personne ne se bouge pour ramener cet élément nouveau, le dossier n'est pas prêt de se rouvrir. Pourtant, il y aurait des choses à faire. Un certain nombre de témoins ont été interrogés individuellement par les enquêteurs français. Leurs témoignages sont contradictoires.  Ces contradictions auraient pu être levées lors de confrontations entre témoins. Aucune n'a été organisée. La piste du Putumayo - affluent de l'Amazone qui sert de frontière naturelle entre la Colombie et le Pérou, à proximité duquel trois témoignages, recueillis en septembre 2004, prétendaient avoir vu Marc -  n'a jamais été exploitée comme elle aurait dû. Enfin, plus de onze mois après avoir authentifié les affaires de Marc - retrouvées en aôut 2004 - nous attendons toujours les résultats de l'analyse scientifique.

En ce début décembre aussi, il y a eu ces images que l'on n'attendait plus. Celles d'une Ingrid visiblement affaiblie mais vivante. Et puis cette lettre si poignante, ce témoignage si émouvant du calvaire qui est le sien depuis six ans bientôt. Obligé de verser des larmes devant tant de souffrance, d'humilité et de courage. Mais on sent que les choses bougent. Désormais quelque chose s'est enclenché qui devrait aboutir à une proche libération d'Ingrid. Toutes nos pensées vont vers Mélanie, Lorenzo et les proches d'Ingrid. Courage! La fin du cauchemar est pour bientôt.

bandeau_preuves_ingrid_2_468x60

Merci à tous ceux qui nous témoignent, ici, de leurs encouragements et de leur soutien.