La Boule noire me fout toujours les boules… Pour ceux qui ne le savent pas, quand Marc était étudiant à Paris, il tenait le vestiaire de la KABP, une soirée mensuelle qui avait lieu dans cette salle. Chaque fois que je m’y rends, j’ai un pincement au cœur en passant devant l’étroit local. Je revois Marc, toujours souriant, les mois d’hiver, où il passait des heures à trimballer les lourds manteaux, comme les mois d’été où il veillait sur les sacs à dos et les casques en sirotant une bière. Alors, hier soir, forcément, le pincement était plus fort que d’habitude. Sa présence était plus palpable. D’abord, il y avait ce portrait qui nous narguait avec son petit air insolent de mousquetaire bravache. 900 jours les gars. Je vous parie que j’arrive à 1 000 sans forcer. T’as raison Marco, t’as déjà gagné. Aujourd’hui, le décompte des jours sans toi affiche 930 jours. Il reste 10 jours avant la fin du mois. Dehors, les effluves de crème solaire et le retour des tongs nous rappellent que l’été est proche. Dans quelques semaines, la France va entrer dans la torpeur estivale. Impossible qu’il se passe quelque chose dans les deux mois qui viennent. Soixante jours de plus « à guetter un hélicoptère ou un bateau » et banco ! 1 000 jours au compteur. T’es un champion Marco !
Ce portrait donc. Ensuite, toutes ces notes et ces paroles qui vibraient pour lui, étreignant sur leur passage le cœur de ceux qui l’aiment et qui l’attendent comme celui de ceux qui le découvrent et le soutiennent. Merci les artistes ! Merci pour votre disponibilité, pour votre énergie, pour votre solidarité. Merci Clarika, Jean-Jacques, Vincent, Alex, Ben, Doriand, Peter, Flow Vibes, Jérémie, Lady Chatterton, Raison 2+. Merci pour ce concert intime et plein d’émotion. A une autre fois, peut être. Avec Marco.
Merci également à Guy, Christophe, Carole, Bertrand, Angela, François, Julien, Jean-Paul et tous ceux que j’oublie et qui ont permis à ce concert d’avoir lieu. Vinceremos !